Hmmm… et si j’étais paysagiste ?

Le paysagiste peut faire pas mal de chose. Je me suis demandé combien de client je pourrais traiter tous les mois si je devais exercer ce métier. Voilà à quoi ressemblerait mon site !

Au premier abord, ça ne semble pas si facile. Il faut faire des plan, trouver les fournisseurs, les plantes et ensuite aller les planter chez le client. Alors à moin de déléguer le côté plantation chez le client, un paysagiste seul est limité dans le nombre de client qu’il peut traiter par mois, et donc limité dans son chiffre d’affaire.

La première chose à faire sur le web, quand on commence en tant que paysagiste est de cibler géographiquement la clientèle. Je ne vais pas faire 500 kilomètres pour un jardin de 50m²! Alors j’irais tout de suit esur Google Adress pour mettre mon adresse et signaler que je suis paysagiste. En 15 jours, je valide mon adresse et je suis déjà disponible sur Google. Maintenant le site.

Des paysagistes, il en existe des milliers. Mon objectif premier serait de démontrer que je suis le meilleur… ou au moins les connaissances que j’ai. Pour celà, je lance un blog avec des articles très pointus sur les différentse sols, les types de plantes qui fonctionnenent (ou pas) ensemble, les engrais qui marchent… et ceux qu’il ne faut absolument pas utiliser, etc.

Je rédigerais ensuite un guide sur

« Comment créer le jardin de vos rêves pour moins de 1000€« .

Ce guide serait disponible gratuitement dans la colonne latérale de mon blog contre un email. Pourquoi 1000€ ? Pour montrer en amont qu’un jardin d’exception peut demander un investissement conséquent. Mon objectif est de faire prospérer mon entreprise et donc de faire des prestations toujours plus chères.

Je me demarque déjà de la concurrence en apprenant à mes potentiels clients à se passer des services d’une paysagiste. Après tout, avec quelques apprentissages, ils pourront faire quelque chose de super. Moi, je sais que je peux intervenir avec mon expérience et dans les relations que j’ai développé pour obtenir des produits au prix de gros. Je sais également que la personne qui recherche un paysagiste possède au minimum un grand jardin. Donc c’est un propriétaire. Important parce que je sais maintenant qu’il peut investir de l’argent dans sa maison.

Au travers de mon guide, je ne vais pas vendre mes qualités, mais le résultat de ce que je peux faire pour mon client. Je ne vais pas lui vendre 6 arbres à 50€ pièces, 3 plantes à 280€… Non, je vais lui vendre le jardin de ses rêves. Celui dont le voisin et les amis seront jaloux. C’est ça que recherche mon client… et partant d’une prestation fixée sur le tarifs des plantes et un taux horaire, je sais maintenant que je peux facilement doubler le tarifs de mes prestations.

Maintenant, il me faut un flux régulier de client et un revenu sur le long terme pour mon entreprise.

Et l’idée que je pourrais avoir est la suivante:

Je propose à mon client l’option d’entretien (ou d’ajout d’arbres/plantes) annuel de son jardin. Cette option peut faire dans les  100€/mois. Soit mon client a des revenus assez conséquents pour régler la facture soit je lui propose quelque chose d’interessant. S’il m’amène 1 nouveau client, sa première année est offerte. Son ami bénéficie d’une remise immédiate également. Un ami trouve un bon paysagiste, l’autre a fait une bonne action et a gagné une année, moi j’ai un nouveau client.

Maintenant, mon client peut être assez filou et mes rapporter 5 amis pour gagner 5 ans d’entretien… c’est parfait! Lui devient mon commercial pendant que mon entreprise tourne toute seule.

Assez complexe au départ, je peux rapidement embaucher quelqu’un pour les entretiens. Mon entreprise tourne d’elle même.

Mais je peux aller encore plus loin. Je suis paysagiste et mes compétences ne se limitent pas aux plantations… je suis un véritable architecte de jardin™. Et si une fontaine rendait bien dans ce jardin ci ? Et si des grosses pierres dans ce bosquet pouvaient surélever ce jardin Japonais ? etc…

Je développe mon reseau de relation dans ce sens. Si je trouve quelqu’un pour me faire ça, je peux facilement toucher des commissions sur les ventes de produits. Ça ne me prend pas plus de temps à faire. Je le calcule juste dans le plan de mon client…  à la limite j’en fais 2 un avec les produits externes à mon entreprise. Un sans! Ainsi mon client choisit lui-même.

Moi, je fais travailler une autre boutique et je renfloue encore les caisses de mon entreprise. N’ayant pas forcément les compétences (ni les outils) pour installer une fontaine ou transporter des grosses pierres, inutile de vendre une prestation complète, autant faire des suggestions mailignes et laisser le client décider.

Voilà ce que je ferais si j’étais Paysagiste.

Jérémy

P.S. Vous trouverez d’autres conseils pour faire fructifier votre entreprise dans la newsletter.

Vous souhaitez recevoir davantage de trucs & d'astuces ? Tous les jours j'envois un mail à mes 6000 (et quelques) abonnés. Si ça vous dit, cliquez-ici pour vous inscrire

1 réflexion au sujet de « Hmmm… et si j’étais paysagiste ? »

Les commentaires sont fermés.